Interview pour Shangay

Interview pour Shangay

Bonsoir ! Découvrez l’interview et les photos de Tini pour Shangay :

Vous avez été très présente durant notre été avec deux chansons, « Miénteme » et « LNDLA », toutes deux des collaborations avec d’autres femmes…
Il est important de prêcher non seulement avec des mots, mais aussi avec des actes. Il y a encore un manque de place pour de nombreuses femmes dans l’industrie, même si je suis déjà heureuse de voir des changements. Des collaborations comme celles-ci nous aident à nous promouvoir les uns les autres, ajoutons-nous. Si je me connecte avec les chansons et avec les artistes, comme c’est beau de partager le talent avec d’autres femmes, qui vous responsabilisent également. Je suis très reconnaissante à Lola Indigo d’avoir enregistré avec elle, et à María [Becerra], avec qui j’ai enregistré « Miénteme ». J’espère que nous ferons beaucoup plus de chansons ensemble.

Comment avez-vous vu cette évolution depuis que vous êtes enfant ?
Que dans mon pays de plus en plus de portes s’ouvrent à nous et que plus de femmes soient vues, c’est merveilleux. Tout ce que je peux faire pour générer des améliorations pour demain, pour ceux qui viendront, je le ferai.

Des artistes comme Britney Spears ou Miley Cyrus se sont révélées très jeunes. Comment avez-vous réussi à surmonter les dangers qui menacent ceux qui commencent si tôt dans ce monde et restent focalisés ?
J’ai toujours été très focalisée. Chaque personne, chaque famille et chaque expérience est différente ; chacun absorbe les choses différemment. J’admire vraiment tous les artistes, car il faut le vivre pour savoir ce que l’on ressent quand on s’y consacre. Il est facile de donner une opinion de l’extérieur, mais lorsque vous êtes à l’intérieur, vous affrontez cette vie du mieux que vous pouvez. Dans mon cas, je garde toujours à mes côtés des personnes de confiance. Ce qui ne veut pas dire que je n’ai pas de mauvais jours où je pense que je n’en peux plus, et je deviens peu sûre de moi et triste. Être proche de ceux qui n’aiment que votre cœur est important.

Comment surmontez-vous vos jours de crise ?
Comme j’ai toujours un emploi du temps très chargé, j’essaie de prendre du temps pour moi. Si j’ai eu un mois difficile avec des journées de travail non-stop de plus de douze heures, j’essaie de mettre de côté cinq jours après pour être calme. J’ai besoin de le faire pour me reconnecter avec mes proches et avec moi-même. Que dois-je faire ces jours-là ? Tout. Je suis paresseuse, j’aime dormir et passer des heures au lit. Je n’ai pas besoin d’être constamment active, même si j’aime ça quand je le dois.

En raison de la façon dont nous vous voyons dans la vidéo « Miénteme », pouvons-nous dire que vous vous êtes responsabilisée au fil des ans ?
Oui, je suis très reconnaissante envers le mouvement féministe, car j’en apprends chaque jour davantage sur ce dont il s’agit et comment l’appliquer à ce que je fais. Je suis la première à me comprendre et commencer à me déconstruire, car nous avons tous grandi avec une mentalité qui nous a appris que certaines choses allaient bien, alors qu’elles ne le sont pas. J’ai évolué grâce au combat de tant de femmes qui m’ont précédé. Il y a un long chemin à parcourir, mais on assiste à de vrais changements, et c’est beau. Si vous pouvez les emmener où que vous soyez, afin qu’ils puissent servir d’exemple, une plus grande prise de conscience du besoin d’égalité est générée.

Comme c’est gentil de dire que tu étais consciente de la nécessité de te déconstruire…
Bien sûr ! Non seulement les femmes devraient-elles le faire, beaucoup d’hommes aussi. Il m’est arrivé quelque chose de très fou récemment : j’ai vu un petit garçon pleurer, et au lieu de le serrer dans ses bras et de lui demander ce qui n’allait pas, son père a dit : « Ne sois pas gay ! » Cela ne peut pas être ça, car tous les hommes doivent comprendre qu’ils peuvent pleurer, partager avec leurs amis qu’ils se sentent mal… Le monde entier doit prendre conscience de ce genre de choses.

Savez-vous que vous avez des millions de gays amoureux de vous ?
[Rires] Oui, maître ! Et j’aime que les gens se sentent libres, c’est pourquoi je me sens comme un de plus [du collectif]. Nous devons nous débarrasser de cette puce dans la tête qui nous empêche de jouir de la liberté, et si je peux utiliser ma plateforme pour envoyer ce message, et que nous ne voyons plus d’agressions comme celles qui se produisent, je le ferai… je me suis posée de nombreuses questions liées à ma liberté sexuelle. Parce que nous sommes tous des personnes et que nous pouvons tomber amoureux des autres non pas en fonction de leur sexe, mais de leur personnalité. Voir qu’il y a tant de gens qui partagent cette idée avec moi me rend très heureuse.

Pourriez-vous tomber amoureuse d’une femme ?
C’est évident, oui. Je suis ouverte à tout.

Avez-vous vu la vidéo de Linda, Tokischa et Rosalía ?
Bien sûr, j’étais contente quand je l’ai vue ! [des rires]. J’aime la façon dont Tokischa rend la bisexualité visible. J’apprends de nombreuses attitudes positives de générations plus jeunes que la mienne, qui viennent avec une mentalité d’ouverture sexuelle et des relations qui m’apprennent beaucoup. Voir l’amour sous d’autres points de vue est important.

La collaboration tant attendue entre vous et votre compatriote Bizarrap arrivera-t-elle un jour ?
Bien sûr que oui. Nous nous aimons, nous sommes des amis proches. Nous nous sommes rencontrés pendant le confinement. Mon frère m’a dit un jour que je devais l’écouter, j’ai décidé de lui envoyer un message privé et j’ai vu qu’il m’avait déjà écrit avant pour me féliciter sur une de mes chansons. C’est ainsi que nous avons commencé à parler et à nous connaître. Un jour, je suis allée dans son studio, et nous avons déjà fait quelque chose, même si nous ne sommes pas entièrement convaincus. On attend le moment où on sent que la chanson est vraiment prête. Je l’admire beaucoup, et c’est aussi un très bon garçon.

Aimez-vous Nathy Peluso ?
Je l’aime. Un autre artiste. J’adore sa façon d’interpréter et sa force scénique, qui est tout à fait unique.

Allez-vous continuer à collaborer avec autant d’artistes que possible ?
Oui, c’est quelque chose que j’aime faire. J’ai encore de nombreuses collaborations à sortir avec des artistes que j’admire énormément.

Vous êtes tombée amoureuse de groupes emblématiques argentins comme Miranda !?
Bien sûr, même si je n’ai jamais eu de tête à tête avec eux. [Commence à chanter Don] « Je veux savoir ce qui ne va pas chez moi / Je te demande ce qui ne va pas chez moi … ». C’est beau ce qui se passe avec la musique argentine en ce moment. Si à leur époque [Gustavo] Cerati et tant d’artistes de ce groupe ont marqué le monde, il est agréable de voir que, malgré le fait que l’Argentine soit si loin, de nombreux artistes actuels font du bruit à l’étranger. Voir que de nombreux artistes se réunissent dans un but commun me rend très fière.


+ Retrouvez une vidéo pour Shangay :


+ Je vous ai mis des photos de Tini avec des fans à Madrid (elle a été à un match de foot hier).



+ Voici une photo du triple disque de platine espagnol de Miénteme :

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to top