Views: 463
Read Time:10 Minute, 21 Second

Retrouvez l’interview de Tini pour Glamour ES :

Comment ça va? Que diriez-vous sur ces journées de promotion ?
Bien. Chaque fois que je viens en Espagne, ils m’accueillent chez eux. Mes deux meilleures amies ont déménagé à Barcelone et maintenant j’ai toujours une excuse pour venir. Et sinon, pour le travail. C’étaient de beaux jours et j’en profite. Je suis tombée amoureuse de l’Espagne quand je suis venue un mois de suite. Je ne pouvais pas y croire. Il a quelque chose de similaire à l’Argentine donc vous êtes loin de chez vous mais ça ressemble à Buenos Aires. Il y a un Argentin à chaque coin de rue et on se fait des amis très vite.

Tu veux dire quand vous étiez en tournée avec Violetta ?
Exact. Je viens depuis que je suis petite.

Avant d’aborder votre nouvel album, dites-moi : comment est sorti le Tini, Tini, Tini ?
El Tini, Tini, Tini est apparu en enregistrant Fresa, une chanson qui a marqué un avant et un après dans ma carrière. Il est arrivé un moment après l’avoir enregistré en studio que j’ai commencé à lancer des free-styles et avec le rythme j’ai commencé et à un moment donné, à la fin, j’ai dit ça. Les gens sont tombés amoureux et c’est resté là. Parfois, quand vous ne pensez pas tellement, c’est quand les choses sortent.

Vous étiez une fille Disney. Je suis moi-même allé vous voir à Barcelone avec ma petite sœur. Quand êtes-vous passée de Violetta à Tini ? Que reste-t-il de cette fille ?
Mon essence demeure. Nous mûrissons, grandissons et évoluons tous, mais il y a quelque chose qui est toujours là, au-delà de tout. C’était un changement, qu’est-ce que je sais. Et un changement complexe. J’étais encore adolescente et je voulais comprendre où je voulais aller et qui je voulais être. D’être connue uniquement sous le nom de Violetta pour commencer à travailler sur moi, c’est un processus de presque trois ans. C’était différent de partir de zéro parce qu’ils me connaissaient en fait, mais sous un autre nom ! Et avec une autre personnalité. J’étais Violetta. C’était du travail, beaucoup de promos, continuez, continuez, continuez et continuez jusqu’à ce que vous trouviez la chanson qui a touché les gens. Petit à petit, mon parcours et ma personnalité ont commencé à se dessiner. J’ai appris à me connaître.

Parlez-nous de votre album Cupido. Ils disent que c’est à propos des phases de l’amour. Comment avez-vous trouvé le disque ? Qu’est-ce qu’il y a dedans ?

Plutôt que de présenter un album complet de nouvelles chansons, je sortais des chansons en attendant un moment où je pourrais présenter l’album en toute tranquillité. Tout est assez tard et il ne reste plus beaucoup de chansons surprises mais il y a un concept que je veux donner aux gens. L’album raconte une histoire avec laquelle les gens pourront se connecter. Les photos ont une histoire, le clip vidéo de Cupido aussi. C’est la chanson qui fait tourner l’album et le concept. C’est pour clore l’étape qui a commencé avec Miénteme et repartir avec une nouvelle Tini. C’est bien de fermer des étapes pour en ouvrir de nouvelles.

Selon vous, quelle est votre chanson la plus spéciale ?

Elles sont toutes spéciales. Ils ont tous une part de mon cœur. Cupido attend depuis si longtemps, que je le veux vraiment et c’est frais dans ma tête. J’aime Miénteme mais je l’ai tellement écouté que… (elle rit). Je veux partager Cupido mais il y a trop de chansons spéciales : La Triple T , Maldita foto avec Manuel Turizo. Elles ont toutes quelque chose de spécial. L’ordre dans lequel les chansons sont arrangées est également spécial. Ils vous racontent une histoire d’amour et de chagrin.

Et cette histoire se termine-t-elle bien ?
Bien sûr. Cela se termine bien avec la triple habilitation.

On dit que Cupido est une chanson très triste mais qui invite à danser…
Je fais ça beaucoup. Il y a beaucoup de mélange de sons et de genres. Ça fait beaucoup danser mais si tu écoutes les paroles tu vois que c’est super triste. Il commence l’album et vous raconte ce qui s’est réellement passé.

Vous parlez de disques. Aimez-vous enquêter sur la musique?
J’aime tous les genres musicaux. J’écoute beaucoup de R&B et il y a une chanson surprise sur celle-ci. C’est quelque chose que je n’avais pas fait et j’ai trouvé ça très intéressant. Musicalement, j’encourage tout. Et mélanger. Il y a de la cumbia mélangée à du reggaeton, des mélodies pop , des ballades… Les années passent et il y a toujours quelque chose de différent que je n’avais pas fait.

Et il y a aussi de nombreuses collaborations. Vous, María Becerra, Becky G, Karol G, Nathy Peluso… Vous êtes une armée de chanteuses qui ont révolutionné la musique urbaine en proposant un langage explicite et sans vergogne. Vous parlez de sexe. Que penses-tu de cela? Vous êtes-vous senti jugée ?
Ce n’est pas que je le ressens : les femmes sont jugées. C’est comme ça. Mais c’est tout. Il y avait tant de femmes qui ont rompu avec tant de structures, musicalement et en tout. Je n’appartiens pas à une génération qui a grandi avec de grands artistes argentins et, du coup, pouvoir être une génération qui marque la vie de tant d’adolescents en Argentine et dans le reste du monde… Avant, ce n’était pas seulement rare pour les femmes d’être explicites, mais aussi de chanter du reggaeton. C’était un genre d’hommes ! Je ressens beaucoup de fierté et de plaisir à ne pas avoir peur, à ne pas avoir honte, à parler librement de qui je suis et de ce que je veux faire. Si je me sens jugée, alors j’essaie de continuer à transmettre mon message à travers mes actions. Rien qu’avec ça je ne me recroqueville pas.

En vous écoutant, on dirait que vous êtes de super amies. Que tu es très proche. On se connecte très bien avec les filles qui vous écoutent.
C’est qu’au-delà du message du syndicat des femmes, c’est le faire. C’est très facile de dire que nous sommes toutes unies mais s’il n’y a rien de prouvé, c’est étrange. J’aime le démontrer par des actions. J’ai beaucoup de succès avec les femmes. Le dernier avec La Joaqui, une incroyable compositrice et rappeuse argentine. J’ai beaucoup de chansons avec des femmes que j’admire et j’espère qu’il y en aura beaucoup d’autres qui traverseront ma vie.

Comment autonomisez-vous les femmes grâce à la musique ?
Eh bien, avec tout ce que je vous ai dit. Être vraiment moi. Même si parfois je me critique et dis ‘oh, quel personnage c’était’, il y avait quelque chose de tellement réel en moi, être moi-même, être libre… Je pense que je garde toujours ça comme mon essence et c’est un beau message à faire passer : n’ayez pas peur et osez.

À quoi ressemble le processus de création d’un disque ou d’une chanson ? Est-ce que vous composez vos paroles ?
Oui, presque tous. En général, il y a des chansons qui parlent de moi. Les gens font aussi beaucoup de films et veulent que tout soit super littéral. On entre en studio et s’il t’arrive quelque chose de personnel, c’est logique que tu parles de ta vie. Il y a des chansons qui me tiennent à cœur et d’autres où je pense juste « amusons-nous ».

Et maintenant la tournée.
Venir en Espagne et faire salle comble au Wizink était un rêve devenu réalité. Penser à une tournée ici était loin et quand on l’envisageait… Ugh. De plus, ce sont tous des stades incroyables et dans de nombreuses villes. Les gens sont super connectés. Cette tournée a commencé assez triste et a fini par nous apporter beaucoup de joie. Mon père est tombé très malade et nous l’avions prévu ensemble. C’était du jour au lendemain et je n’avais plus envie de travailler. Les perspectives ont changé. C’étaient des jours très durs et je voulais me ressaisir, je voulais qu’il aille bien. C’était de l’intensité et de la souffrance. Mais tout a très mal commencé et s’est très bien terminé.

Comment portez-vous et gérez-vous la notoriété ?
Je suis une personne qui, quoi qu’il arrive, avance. Même si j’essaie d’apprendre à ralentir un peu, parfois c’est bien de s’écouter. Sinon, vous ne vous en rendez pas compte et vous touchez le fond et il est trop tard pour revenir en arrière. Il est bon de s’écouter à temps et, si vous ne vous sentez pas bien, demandez de l’aide à un professionnel ou parlez-en. Verbaliser les choses : cela m’arrive, je ressens de l’anxiété, je ressens de la peur… Pour ne pas arriver à des choses plus importantes ou à des endroits sombres. On l’apprend et chacun a son processus.

Que faites-vous pour vous déconnecter ?
Partir avec des amis. Nous allons quinze jours en Europe avec eux pour voyager.

Quels conseils donneriez-vous aux femmes qui aimeraient entrer dans l’industrie de la musique ?
Il n’y a pas de manuel d’instructions. La chose la plus authentique que je puisse dire est : essayez-le. La vie vous montrera si oui ou non c’est par ici. Chacun doit être objectif et voir les personnes et les situations auxquelles il est confronté de manière réaliste. La vie est une question de défis avec soi-même et de compréhension qu’il est plus beau d’apprécier le processus de recherche que d’atteindre l’esprit. Ce qui vous remplit, c’est la personne que vous êtes et que vous créez en vous-même. C’est le plus beau. Que l’on apprend à se connaître grâce aux choses qui nous arrivent. Et restez toujours avec des gens qui vous aiment vraiment. Trouvez des personnes qui veulent le meilleur pour vous. C’est la chose la plus importante parce que quand tout s’éteint et que vous rentrez chez vous, vous voulez quelqu’un qui vous aime pour qui vous êtes et non pour ce que vous avez, qui vous dit la vérité et qui connaît votre cœur. La vie vous emmène là où vous devez vraiment être. Et essayez de gérer au mieux votre anxiété.

Vous avez mentionné l’anxiété à plusieurs reprises…
C’est que nous sommes amenés à être anxieux parce que tout doit être maintenant, maintenant. Et sinon, rien. On a tellement le choix que cela génère l’angoisse de voir le résultat tout de suite. Et quand ça n’arrive pas en ce moment… Les jeunes générations ont grandi avec Instagram, en cherchant quelque chose sur YouTube et en vous faisant apparaître toutes les informations. Phew. C’est « Je veux réaliser mon rêve et je le veux maintenant ». Et non. Il faut attendre. La vie a son temps ».

Toute une génération a grandi avec vous, que ressentez-vous en sachant que vous continuez d’être un exemple à suivre pour tous ?
C’est fou. C’est fou de voir que non seulement des gens ont grandi avec moi, mais que j’ai grandi avec eux. J’ai aussi rencontré grâce à eux. Quand ils ne s’en sont pas rendu compte, ils m’ont réveillé de la tristesse ou de l’angoisse que j’avais traversées. Ce sont des gens qui m’ont accompagné toute ma vie et, bien qu’ils ne partagent pas mon quotidien, j’ai beaucoup d’affection et de respect pour eux.
Je ne suis pas parfaite, mais il y a toujours quelque chose de très réel en moi. J’essaie de le montrer et je pense que les gens le comprennent. J’essaie de vivre ma vie au mieux de mes capacités même si je sais que je suis exposée.

Comment vis-tu la mode ?
Je l’aime depuis que je suis petite. J’adore Bella Hadid et comment elle s’habille. J’aime inventer ma propre mode. J’ai découvert beaucoup de choses au fil des ans. Je pense que chacun doit se sentir à l’aise et essayer d’être la meilleure version de lui-même. Cela a toujours été ma recherche. Même quand je regarde dix ans en arrière et que je ne m’aime pas, je sais qu’à ce moment-là je me sentais à l’aise. Le meilleur de la mode, c’est ça, se sentir heureux et à l’aise.


+ Confirmation de la sortie de Cupido en CD Physique le 24 février en Espagne.


+ Voici une vidéo postée par Zacarias :

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.