Nueva – Interview : Partie 1

Nueva – Interview : Partie 1

Bonjour ! Découvrez la première partie de l’interview de Tini pour le Magazine Nueva :


« J’aime la solitude »

Comment est-ce que Tini est en dehors de la scène ? Star internationale grâce au phénomène violetta, elle veut maintenant briller dans le cinéma avec son propre nom. Confessions d’une femme qui se considère en tant que chanteuse débutante au Luna Park.

Qu’y a-t-il derrière l’énergie inépuisable qui déborde de Tini? Il y a beaucoup à écrire : nouvel album, show au légendaire stade de Luna Park, programme télévisé quotidien aux heures de grande écoute (c’est une jurée de La Voz, qui est diffusée à la télévision), interviews, productions photographiques … et la liste est interminable dans un agenda qui surprend par l’absence de cases vides. Mais il y a avant tout une passion qui allège le chemin et la conviction que tout doit naître du cœur (cela met l’accent sur le concept même).

Nous avons rencontré notre protagoniste dans une bibliothèque de cafés d’un hôtel très chic de Puerto Porteno, après une réunion qu’elle a eue avec son père et représentant actuel, Alejandro Stoessel. Ils sont en accord, ils désignent un livre et font des commentaires. On les voit s’aimer, complices, avec un profil très bas. Ils s’assoient et elle lui parle de la musique de fond. « Papa, tu te souviens de cette chanson? » Il répond, se dit au revoir et va à une autre table pour nous donner plus d’intimité. Tini, 21 ans et une carrière prometteuse aux niveaux national et international, elle demande un café avec du pain grillé et avoue toujours penser avec le présent qu’elle traverse.

Tini – « J’ai l’image de quand je suis allée au supermarché avec mes parents et j’ai commencé à danser ce que l’on entendait dans les haut-parleurs. J’avais oublié qu’il y avait des gens autour de moi et je tenais une pomme au micro, croyant que c’était mon propre show quand je me suis retournée, ils mouraient tous de rire à cause de ma bétise. » glisse-t-elle et continue plus profondément. « Si je parcourais le quartier à vélo, j’imaginais que j’enregistrais un clip vidéo. Ou je rentrais de l’école et la première chose que j’ai prise est mon uniforme et de me rendre au vestiaire de maman pour se maquiller de la tête aux pieds. J’ai choisi le plus brillant et j’ai passé du temps devant le miroir en chantant et en dansant. Personne ne regardait, mais je pouvais sentir que j’étais devant une foule. Tout cela s’est matérialisé parce que, évidemment, c’était quelque chose qui devait arriver. Jusqu’à ce que je joue Violetta pour Disney, je n’avais jamais fait de casting. C’est par hasard que j’ai eu une autre vie: je suis allée à l’école en équipe, j’ai abandonné les matières … Soudain, tout a changé. »

• Et tout est très vite arriver ?
Tini – « Oui, la vérité est que ce fut une année 2018 extrêmement intense : du fait de transformer mon image pour être acceptée dans l’univers musical latin. Au-delà de cela, les femmes sont maintenant mieux placées et nous chantons sans inhibition tout genre (musique) Pour moi, cela fut une experience pour me lancer en tant qu’artiste à 20 ans, mais cela c’est fait avec une grande joie et les gens l’ont reçu de manière incroyable. J’ai joué Violetta, qui était un personnage. Aujourd’hui, ma musique me définit complètement : c’est ma voie, mon message. »

• Cela peut vous rendre plus vulnérable aux autres?
Tini – « Oui, mais je suis de celles qui aiment ouvrir les fenêtres, laissez-moi vous faire savoir comment je ressens les choses qui m’arrivent. Les paroles de la chanson « Quiero Volver » de mon deuxième album m’identifient pleinement. Dès mon plus jeune âge, j’ai dû quitter le travail à cause de mon affection à la maison. »

• Le sacrifice est grand.
Tini – « oui, et heureusement ma famille, mes amis ont toujours été présents « 

• Avoir une relation à distance n’est pas facile …
Tini – « pour rien. C’est difficile pour nous avec Pepe, mais nous sommes dans une relation depuis presque 2 ans maintenant. Je ne me plains pas, je suis très heureusd. Ce fut une année de croissance, d’apprentissage et de défi. »

• Vous êtes organisés ?
Tini – « Très ! Je gère bien les engagements. J’ai un ami intime qui m’aide, mais je suis organisée. Peut-être que je suis un peu désordonnée avec ma chambre, jusqu’à ce que je reçoive le déclic et dong j’ai besoin pour que tout soit parfait en une seconde. Mais à la maison je me détends, je peux passer une journée entière en pyjama et pantoufles à boire avec mes amies. »

• Cela donne l’impression que vous êtes assez exigeant envers vous-même …
Tini – « Il est inévitable de l’être après avoir un père qui en sait beaucoup sur cet environnement et qui est également très exigeant. Disney est une autre école qui vous apprend à faire face à plus de quatre cent spectacles, à voyager, à enregistrer des saisons …
Tout cela ne marche pas si vous n’avez pas le courage de le faire. J’étais à moitié suspendur et ces obligations m’ont mise en orbite. Vous pouvez avoir beaucoup de gens qui vous aiment et prennent soin de vous, mais si vous n’êtes pas à fond sur votre métier, vingt-quatre heures sur vingt-quatre …
Je participe au montage des écrans, à la chorégraphie, aux costumes, avec les danseurs. à tout ! »

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to top