Interview pour Teleshow

Interview pour Teleshow

Bonsoir ! Retrouvez l’interview de Tini pour Teleshow :

Comment avez-vous pris le succès de « Miénteme », qui a balayé toutes les plateformes en quelques jours ?
C’est ma première chanson après n’avoir pas sorti de musique depuis longtemps, presque six mois se sont écoulés et j’avais l’habitude d’avoir des sorties plus fréquentes, et de revenir maintenant avec cette chanson et de voir tout ce qui se passe et comment les gens se connectent au sujet : la vérité c’est ce que cela m’émeut.

Comment était-ce de collaborer à nouveau avec María Becerra ?
Nous avons déjà fait « High » avec Mery, et nous avons créé un lien super sympa. Nous nous trouvons dans un moment très particulier dans la vie de chacun et nous nous connectons, au-delà d’un lieu professionnel, de femme en femme, étant également dans le secteur, également argentines. Et à la fin de l’année dernière, au cours de laquelle j’ai passé la majeure partie de l’année à Buenos Aires, je suis partie en vacances, je me suis déconnectée un peu juste avant d’entrer en studio à Los Angeles, et il y a eu beaucoup de chansons, parmi lesquelles, «Miénteme». Quand je reviens à Buenos Aires, je commence à écouter tout ce que nous avons fait et pour décider le prochain single. Un peu ce qui a marqué la nouvelle étape qui était « 22 » dans ma vie professionnelle et musicale, c’est comme si j’avais suivi un peu la ligne, mais ça a montré cette nouvelle étape pour moi. Et il m’est arrivé qu’il devait y avoir un Argentine ou un Argentin qui m’accompagnait dans cette chanson, qui est une cumbia reggaeton pop. Alors en l’écoutant et en parlant à papa, je lui dis : « Je sens Mery, je sens qu’ici elle va la briser. » « Parfait, ma fille, si tu veux, parle-lui et vois ce que tu penses de ce sujet. » Alors je lui ai écrit et il l’a recontactée, puis elle m’a envoyé ses voix et ce qu’elle avait écrit.

La vidéo de la chanson reflète-t-elle un peu l’autonomisation ?
Totalement. Et être unies dans ce processus et sur cette voie dans l’industrie de la musique, faire du reggaeton, se sentir accompagnées les unes des autres, était très beau. Et puis l’idée de la vidéo est venue, d’être à la fois super joueuses et courageuses, deux voleuses qui étaient en fuite, puis nous avons fini par voler les motos aux motards. Tout était comique, drôle. Et les gens se sont connectés avec la vidéo, avec la chanson. Quand je me réveille le lendemain de la sortie, qui était super intense, je reçois un message de papa et je la vois numéro un sur Spotify, alors que même pas un jour ne s’était écoulé… j’étais remplie de larmes, je n’arrivais pas à y croire. Je disais à mon père: « Ça doit être une blague, ça ne peut pas arriver. »

En parlant de collaborations, voudrais-tu faire une chanson avec Lali ?
Nous devrions faire quelque chose ensemble. Nous répondons toujours aux histoires de l’autre (sur les réseaux sociaux), mais à un moment donné, je pense que nous allons faire quelque chose ensemble ou entrer en studio. Ce serait aussi bien de se retrouver autour d’un verre, de parler de la vie et aussi de faire une chanson. Que cela se produise de pouvoir se rencontrer parce que nous n’avons jamais eu la chance de nous asseoir et de discuter de la vie. Ce serait également bien si cela nous arriverait.

Souhaitez-vous également collaborer avec d’autres artistes? Avez-vous d’autres projets musicaux en tête ?
Il y a beaucoup d’artistes. D’Argentine, j’admire Lali, Nicky Nicole, tout ce qui se passe avec Cazzu, beaucoup … L’année dernière j’ai eu une collaboration avec Khea, avec John C, la collaboration avec Mery. Ce qui se passe avec l’industrie argentine est impressionnant : il y a beaucoup de talent et je suis heureuse et fière de tout ce qui se passe, et ce qui est bien c’est que nous nous accompagnons dans ce processus. Nous nous réunissons pour faire les chansons, nous faisons des collaborations, nous ajoutons le remix de la chanson d’un autre, au fur et à mesure que cela se passe, et que je pense que c’est encore plus puissant et beau à voir. Et aussi les gens se connectent beaucoup avec ce mouvement qui se produit pour se réunir. C’est très beau.

Sur le plan international, avez-vous une collaboration en tête ?
Je vais le dire parce qu’il l’a déjà été dit partout, donc je peux le dire calmement. Un artiste que j’aime beaucoup est Manuel Turizo, et nous nous aimions, alors je suis allée dans le studio de Los Angeles et, en écoutant les chansons, j’ai dit: «Oh, dans cette chanson, je vois Turizo, avec cette voix si grave et si jolie qu’il a ». Eh bien, je vais lui envoyer la chanson et après des heures, je ne vous mens pas, il m’a envoyé la version littéralement toute faite. Vous ne savez pas à quel point le refrain était beau, comment il l’a écrit, il l’a explosé. Ce sera l’une des prochaines chansons à sortir, et bien, il y a plus de collaborations pour des albums également par d’autres artistes que j’admire. Je suis impatiente d’y être.

Voulez-vous recommencer à jouer ?
J’adorerais tourner à nouveau, trouver ce temps pour pouvoir bien le faire. L’année dernière, c’est presque arrivé, mais pour de nombreuses raisons, cela n’a pas fini par arriver. C’était si proche et j’étais tellement excitée que cela se produise, que je me suis retrouvée avec cette flamme allumée. Le désir de revenir est là, et cela se produira sûrement à un moment donné.

Comment allez-vous sur le plan sentimental après votre dernière séparation, avec Sebastián Yatra ? »

Je vais très bien, au calme, au calme. C’était beaucoup d’informations pour tout le monde l’année dernière et tout le monde a sûrement mélangé beaucoup de choses à bien des égards. Et tout prend du temps, son processus, comprendre beaucoup de choses qui m’arrivaient. Dieu merci, j’ai eu l’occasion de les saisir; Peut-être qu’avant, ayant tant de travail et tant de choses qui m’arrivaient chaque jour, parfois je ne pouvais pas. Et l’année dernière, j’ai pu prendre le temps et grâce à cela, je suis mieux aujourd’hui. Je me souviens de cette relation comme d’une belle chose dans ma vie. Aujourd’hui, nous n’avons pas beaucoup de relations car le lien est terminé.

Comment voyez-vous le mouvement féministe ?

J’ai compris et appris grâce à ce mouvement, qui ne se produit pas seulement dans notre pays mais qui se passe partout dans le monde, et je suis reconnaissante parce que chaque jour j’apprends de plus en plus de quoi il s’agit. Chaque jour, lever ce drapeau qui parle d’égalité, de tant de choses, et je suis très heureuse parce que peu à peu on voit des changements et c’est positif. Il y a encore beaucoup de choses à changer, qui ne se produisent plus, des choses très injustes. Mais cela me rend très heureuse de nous voir si unies dans ce sens. Et que ce n’est pas seulement un combat de femmes, mais que ce soit un combat de tous. Cela me rend très fière et aussi très heureuse d’en apprendre tous les jours.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to top