Interview pour RTVE/PlayZ

Interview pour RTVE/PlayZ

Découvrez l’interview de Tini pour RTVE/PlayZ:

Avec « Fresa », vous avez dit que vous vouliez que ce soit un nouveau thème et que vous n’ayez pas autant d’informations. Que c’était plus pour danser et se laisser distraire. Cela vous est-il arrivé un peu avec « Miénteme » ?
Avec « Miénteme », la vérité est qu’en termes de son, il est plus lourd que «Fresa». Ce qui précède oui, vous avez raison. Sur le plan musical, je voulais quelque chose de plus léger et un reggaeton plus léger. Mais je pense que « Miénteme » a plus d’informations. C’est comme le cousin germain de « 22 » qui, pour commencer cette nouvelle ère, était du genre « d’accord, je suis pareille mais beaucoup de choses ont changé cette année, que je viens de vivre après la sortie de mon dernier album ». C’était une croissance brutale car c’est encore une fois une cumbia fusionnée avec du reggaeton. Cette fois de la main de María, qui travaillait déjà ensemble à « High » et nous sommes devenues de super amies. Nous nous comprenons beaucoup et je suis très heureuse que nous soyons deux Argentines et que nous ayons réalisé tout cela avec la chanson. Elle est assez authentique, parce que de vraies personnes écoutent la chanson parce que ça les amuse. Ils relèvent également le défi que nous avons inventé pour TikTok et tout le monde s’y est mis. Beaucoup de choses ont commencé à se produire là où les gens se sont beaucoup connectés.
J’étais depuis longtemps, de « Fresa » et « 22 » à sortir beaucoup de musique, mais j’avais besoin d’un peu de temps pour renouer avec moi-même et avec beaucoup de choses qui m’arrivaient. Donnez-moi aussi cet espace pour sortir une chanson et vraiment la ressentir. Donc c’était ça. C’était presque six mois comme moyen de silence, parce que je n’ai pas sorti de chansons pendant cette période. De retour avec « Miénteme », qui est une chanson super explosive et amusante sur laquelle danser… Je pense que ça marche à tout moment de la journée et c’est super aussi. Je pense que ce qui se passe avec les chansons est toujours indéchiffrable car on ne sait pas ce qui va se passer. Mais quand il arrive que les gens se connectent et dans toutes les régions du monde… c’est une super belle satisfaction.

« Je ne sais pas ce qui ne va pas avec moi mais aujourd’hui je veux aller trop loin » est l’une des phrases de « Miéteme ». Pensez-vous que nous sommes tous un peu comme ça maintenant ? Prêt à risquer et à ne pas trop penser à « que diront-ils » ?
Savez-vous ce qui se passe? Je pense qu’il parle de vivre dans l’instant et la phrase est un peu surfaite, car beaucoup de choses ont été vraiment dites et continueront d’être dites, mais vraiment le mettre en action et se laisser emporter par l’instant pour ne pas penser à propos de demain est compliqué. Tout ce que nous avons, c’est que vous et moi parlons en ce moment. Parfois, vous y réfléchissez un peu trop et c’est comme « c’est ça, c’est ça. Je t’aime bien, tu m’aimes bien, nous sommes amis. Je veux juste passer un bon moment maintenant. » C’est lié au feeling.

Comment était-ce de travailler avec María Becerra ? Parce que vous aviez déjà collaboré avec elle sur le remix de « High » et que vous êtes aussi amies.
C’est très beau. Avec María, c’est différent, car cela va au-delà de faire de la musique ensemble et de se connecter. Nous coïncidons également en tant qu’êtres humains et en tant que personnes. C’est très agréable de rencontrer des gens avec qui on partage soudain la façon de voir la vie et la même énergie. C’est quelque chose de génial et que les gens ressentent et c’est pourquoi ils se connectent également à la chanson. En montrant la grande connexion que nous avons, cela se produit. Je me souviens que le jour de la première, nous avons fait un live de chez nous, nous avons chanté des chansons et tout s’est passé si naturellement et on s’entendait si bien que le public a remarqué le lien. Nous voulions également le montrer au sein de l’industrie : nous ne sommes pas ici pour rivaliser ou pour voir qui est meilleur ou pire, nous aimons simplement ce que nous faisons et partageons cette passion. Démontrer que dans n’importe quel domaine de la vie est un beau message.
Maintenant, avec Lola Indigo, j’ai une chanson qui sortira sous peu. Je le dis parce qu’elle l’a dit, c’est pourquoi je me sens calme pour pouvoir le dire (rires). C’est une femme que j’admire beaucoup pour la forme et la force qu’elle a lorsqu’elle fait tout ce qu’elle fait et comment elle l’aborde. Je pense qu’elle a un pouvoir qui vous inspire beaucoup et qui vous le transmet. Tellement heureuse de partager ce nouveau projet avec elle. Belinda a également dit qu’elle allait être là, alors nous allons faire une chanson qui, je pense, va plaire aux gens.

Le clip vidéo a une esthétique brutale et les paroles ont un message très clair… Êtes-vous consciente que vous êtes un haut-parleur pour toutes les femmes qui ont déjà vécu des situations comme celle-ci ?
Il m’arrive avec les artistes que j’admire, que souvent je veux aller au-delà de l’écoute de leur musique et de les entendre lors d’une interview. Je pense qu’il est bon de garder cela à l’esprit, car il est important d’avoir une responsabilité dans ce sens. Mais aussi ne mettez pas trop de liens. Nous sommes tous des êtres humains et nous sommes venus dans ce monde pour apprendre. Il est également bon de donner la place à l’artiste car il est également susceptible de se tromper. Nous n’arrêtons pas d’être des gens et quand il s’agit de sortir une chanson ou de dire quelque chose, je peux aussi me tromper et apprendre de cette erreur. J’ai commencé à comprendre cela avec le temps et j’ai réussi à me détendre en ce sens pour dire « d’accord, je suis aussi venue pour apprendre, comme tout le monde ». Il est également bon d’arrêter de mettre autant de pression sur l’artiste pour qu’il transmette toujours le message parfait et correct, car nous apprenons également.
La pandémie nous a tous fait rester comme… que s’est-il passé ? Tout à coup, les attentes pour l’avenir ont beaucoup baissé et nous avons réalisé que nous devons profiter de ce que nous avons aujourd’hui, car peut-être que tout changera demain. Je pense que c’était une expérience d’apprentissage pour tout le monde et aussi personnellement. C’est comme ce que je vous disais, ce qui a été une croissance incroyable en moi parce que je me suis retrouvé dans des moments super tristes à bien des égards. Mais toujours de ces crises émotionnelles ou existentielles que l’on a, à l’avenir on finit par le remercier. Parce que vous dites « wow, toutes les choses que j’ai tirées de cette merde… » Je sens qu’en ce sens j’ai eu une très grande croissance spirituelle et personnelle.

La dernière fois que nous nous sommes rencontrés, vous m’aviez dit que votre père vous disait toujours quand vous étiez petite qu’il n’y avait rien de plus important que d’aller au lit avec la conscience tranquille. À ce jour, vous y conformez-vous toujours ?
C’est quelque chose que je mets en pratique. Je pense que souvent le fait de « non-communication » fait parfois dire: « Je le dis, mais pas comme je le veux ». La communication entre les personnes est l’une des choses les plus importantes. En ce sens, quand il y a et quand on se sent libre de pouvoir dire la vérité, c’est alors qu’on peut vraiment s’endormir paisiblement parce qu’il n’a rien à cacher.

Comment définiriez-vous le moment professionnel dans lequel vous vous trouvez ?
Je pense que c’est un moment explosif, de croissance et d’apprentissage. En fin de compte, je n’arrête jamais d’apprendre et en même temps je grandis. Il y a toujours une explosion ou quelque chose qui va au-delà du travail ou du personnel qui vit en moi.

Il y a quelque temps, je vous ai interrogé sur votre collaboration de rêve et vous m’avez dit que c’était Beyoncé. Pensez-vous toujours la même chose ?
J’ai toujours dit que mon idole en espagnol était toujours Alejandro Sanz. Il a marqué ma vie et a été un artiste qui m’a fait aimer la musique à partir de cet endroit le plus poétique, mélodique, sincère et réel. Il a quelque chose dans ses paroles qui lui ouvre tellement le cœur que vous dites : « comment ne pas aimer cet être humain qui vous raconte le plus intime de son être d’une manière si poétique ? » Nous avons fait la chanson « Un beso en Madrid » qui a été l’une des plus belles choses qui m’est arrivée dans ma carrière. Je l’aime tellement… Il était si gentil avec moi et il l’est toujours que j’ai vraiment envie de le revoir. Un autre artiste qui a marqué ma vie et continuera de le faire est Beyoncé. Je l’aime de tout mon coeur.

Avec quel artiste espagnol aimeriez-vous collaborer ? Parce que vous l’avez déjà fait avec Alejandro Sanz et Lola Indigo.
Il y a tellement d’artistes espagnols spectaculaires… Mais bon Rosalía, que puis-je vous dire ? Elle fait l’histoire et est une inspiration pour toute personne ou artiste dans le monde. Évidemment, ce serait un grand rêve pour moi ou du moins de partager quelque chose avec elle, comme l’écouter parler ou lui dire en face à face ce qu’elle veut dire. Elle le sait déjà, mais ce serait incroyable.

L’année dernière, vous alliez passer par l’Espagne mais vous avez dû suspendre les concerts à cause de la pandémie. Pensez-vous que les shows qui se déroulent actuellement sont sûrs ? Parce que la culture est fortement criminalisée.
Je ne suis pas si consciente parce qu’en Argentine cela ne se produit pas encore. Je ne sais pas vraiment ce qu’il en est en Europe ou aux USA, mais je pense que pour que le monde artistique démarre petit à petit pour que les choses bougent, c’est fondamental. Le fait de pouvoir écouter des artistes vivants avec toutes les précautions, est juste et c’est aussi sain. Si cela fonctionne de cette façon, c’est une chose positive que petit à petit les choses recommencent à fonctionner.

Quels conseils donneriez-vous à votre futur « moi » ?
N’arrêter pas de s’écouter et faire confiance à mon intuition. Nous avons tellement de stimuli et d’opinions constants qu’il est toujours agréable de s’écouter.


+ Miénteme est aux portes du Top 50 de Spotify Global (55e).

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to top