tinitinitini streaming
logot logoinsta logoyt logomail


La chanson préférée de son 4e album sera d'un genre musical différent de ce que Tini a pu faire auparavant. A ce jour, ce n'est pas une collaboration.

Tini prévoit des surprises et si son 4e album n'est pas lancé à la fin de l'année, il le sera début 2022.

La sortie du remix de "Miénteme" n'est plus une priorité.








itunes spotify googlemusic deezer

26
Mai
2021

Bonjour ! Retrouvez une intevriew pour El Mundo :

Au cours de ta carrière, tu as eu des dizaines de succès numéro 1. C'est-à-dire qu'une chanson sort, elle est presque assurée de réussir. Mais, entre ton dernier single et «Miénteme», il s'est écouké cinq mois. Pourquoi ?
Je pense que cela faisait partie d'une évolution que j'ai eue l'année dernière. Je voulais prendre mon temps et ne pas ressentir la pression d'avoir à sortir de la musique. Et il m'a semblé très courageux de respecter ce dont j'avais besoin. Aussi, je voulais apprendre à valoriser chaque sortie, donner l'amour que chaque chanson mérite. Et c'est ainsi que cette chanson est née ...

Dans «Miénteme», tu collabores à nouveau avec María Becerra, et il a déjà été confirmé que tu prépares un tube avec Belinda et Lola Indigo, avec qui tu as également travaillé. D'où vient ce besoin de créer des fraternités de femmes qui chantent ensemble ?
C'est simplement une tentative de normaliser le fait que nous sommes toutes dans l'industrie, que nous sommes de plus en plus nombreuses et qu'un bon lien peut être généré. Montrez que nous nous admirons, que nous nous donnons un coup de pouce et que nous sommes là l'une pour l'autre. Et cela me plaît beaucoup. Quand j'ai lancé ma première collaboration avec une femme, avec Karol G, il était encore rare que deux femmes fassent du reggaeton ensemble, mais tout a déjà changé. Et cela me rend fière. Bien que, de toute évidence, il reste encore du travail à faire.

Et avec ces types de collaborations, oserais-tu classer ta musique comme «féministe» ou est-il encore trop tôt pour la définir?
Mmmm ... Ce que je pense, c'est que le féminisme est un apprentissage constant. C'est un travail de tous les jours, parce que nous apprenons à être féministes, à dire à une amie "regardez, ce n'est pas bien", pour que nous arrêtions de normaliser certaines choses. Et je pense que c'est le travail de tout le monde de changer cela. Il y a des choses qui ont changé, mais d'autres ne le sont pas et il y a beaucoup de travail à faire. Et pas seulement de la part des femmes, mais aussi de la part des hommes, qui ont besoin de prendre conscience de tout ce qui se passe.

Tu t'es déjà sentie victime de discrimination dans l'industrie de la musique pour être une femme ou, pire encore, pour être une femme extrêmement réussie ?
Dieu merci, jamais. Mais je sais que de nombreux amis artistes le sont. Et bien d'autres qui ne sont pas des artistes aussi. C’est pourquoi je pense que nous devons faire prendre conscience que des choses comme celle-ci se produisent et que nous les normalisons pour qu’elles ne se reproduisent plus.

Sur d'autres sujets : tu as travaillé huit ans à Disney Channel et quand tu as arrêté le projet, - pour lancer sa carrière solo - tu avais 19 ans. Alors, t'a-t-il fallu beaucoup de temps pour prouver au public que vous étiez déjà adulte ?
C'était un défi. Parce qu'après Violetta, j'ai dû rompre avec beaucoup de choses dont les gens pensaient qu'elles allaient se passer. De plus, j'ai dû me lier d'amitié avec mon enfance et celle de beaucoup d'autres. Parce que quand tu seras grand, tu as envie de rompre avec beaucoup de choses de ton enfance. Vous dites "maintenant je suis grande, cela ne m'intéresse plus". J'ai donc dû me refaire des amis avec ces personnes dont la vie a marqué Violetta et leur faire écouter une chanson qui, bien qu'elle n'ait rien à voir avec Violetta, est interprétée par le même artiste de Violetta...

Et ce fut un processus très difficile pour toi ?
J'ai essayé de prendre les choses doucement, en essayant de ne pas être frustrée. Même si c'était un défi de trouver un moyen de me sentir fidèle à moi-même et de transmettre ce que je voulais transmettre. Et c'est même un processus que j'apprends encore aujourd'hui.

En parlant d'apprentissage, as-tu déjà appris à être célèbre, à t'habituer à des gens qui critiquent votre vie privée comme si elle vous appartenait ?
J'apprends tous les jours. Dans le cas de mauvais commentaires, il y a des jours où je suis plus vulnérable, plus incertaine et où les choses font plus mal. Parfois, un commentaire me fait du mal et je reste accro toute la journée. Mais parfois je suis plus stable et je dis "mets tes commentaires où je pense" (rires). Cela dépend du jour, c'est un défi constant.

Et en parlant de défis, raconte-moi comment tu as vécu ton étape à La Voz 2020, en tant que co-coach de l'équipe d'Alejandro Sanz. Tu en as profité ?
Ce fut l'une des plus belles expériences de ma vie, car j'étais à côté de la personne que j'admire le plus sur la planète, qui est Alejando Sanz. Et j'ai tellement appris ... Car s'il y a une personne qui a parcouru du chemin, c'est bien lui. De même, travailler dans un autre pays était incroyable. Ils m'ont ouvert les portes et m'ont mis à l'aise.

Après avoir connu des talents et lancé «Un beso en Madrid» avec Sanz, beaucoup ont pensé que tu allais rester vivre en Espagne. N'as-tu pas envisagé cela ?
L'Espagne est l'un de mes pays préférés et si je devais choisir, j'irais. Mais peut-être que pour le travail, je suis un peu loin. Donc, je pense un peu plus à être à Miami et à avoir des vols directs vers Madrid et partout ailleurs. Bien que, peut-être à l'avenir je pourrais penser à passer du temps en Espagne, parce que je suis amoureuse de ce pays.

Share Button
Posté par Emily



Commentaires

Laisser un commentaire