Bienvenue sur Martina Stoessel France, votre référence francophone sur Martina "Tini" Stoessel qui a été révélée par son rôle de Violetta Castillo dans la teen-novela « Violetta ». Après cette grande aventure, Tini s'est lancée dans une carrière solo avec la sortie de son premier album solo le 29 avril 2016 et sa première tournée solo : le Got Me Started Tour en Amérique du Sud et en Europe en 2017. Ensuite, son deuxième album au rythme plus latino est sorti le 12 octobre 2018, dont la tournée Quiero Volver Tour a traversé l'Amérique Latine et l'Europe de 2018 à 2020. Tini continue de dévoiler des nouvelles chansons, son troisième album sortira prochainement. Côté cinéma, en 2018, elle a tourné dans le film de Jackie Chan "My Diary" et reprendra la route des studios pour le tournage de sa nouvelle série. Le site vous donne des informations sur Martina au quotidien et vous offre de nombreux avantages. Pour mieux la connaître, rendez-vous dans les parties "Martina" & "Dossiers" du site. Vous pourrez retrouver quotidiennement des news, photos et vidéos sur votre star préférée. Bonne visite. L'équipe de MSF
besame Itunes Spotify Google Music Deezer
logot logoinsta
logoyt logomail
Son single avec un artiste qu'elle admire sortira dans 3/4 mois.

D'autres chansons avec Ovy arrivent.

"On peut supposer que vous pourrez connaître l'album pour la fin d'année." - TINI

Tini prévoit une tournée en 2021, si tout va mieux.

Elle pourrait tourner la série en fin d'année en Colombie.

Tini travaille sur une chanson avec Greeicy et Cami.





itunes spotify googlemusic deezer

26
Juil
2020

Bonjour ! Ella Dice entre directement en 1re position du Top Radio de Los 40 Argentina.


+ Découvrez l’interview de Tini pour La Vanguardia :
(seule la partie de Tini est traduite)

Comment était-ce de travailler sur "Ella dice" et de réunir deux styles musicaux comme le vôtre en une seule chanson?

C'était assez rapide. Nous avons terminé le projet en 3 mois bien que la chanson ait été écrite il y a un an. Il est vrai que ce genre se développe en Argentine depuis trois ans, j'avais beaucoup écouté Khea et ça me plaisait beaucoup, et dans ma tête il y avait la possibilité de collaborer.
Oui, chaque fois qu'une collaboration avec des artistes m'est arrivée et qu'en plus de créer un très bon lien, c'est très agréable. Cela se reflète quand il s'agit de sortir une chanson, de la chanter en live ... Quand quelque chose au-delà de la comédie musicale se produit, quand un lien spécial se crée, c'est très agréable.

Parlons de la chorégraphie que vous montrez dans le clip vidéo [qui compte 15 millions de vues en une semaine]. Tini, une partie de votre public n'a pas l'habitude de vous voir danser comme ça ...

Je pense que chaque vidéo que je fais est une évolution à tous les égards. J'ai toujours aimé montrer la sensualité à travers la danse, la danse et le corps, jouer avec la caméra depuis tout petite ... Et avec le passage du temps et aussi avec l'expérience des années, je me sens de plus en plus à l'aise et j'ose jouer, essayer des choses ... J'ai répété la chorégraphe sur Facetime pour avoir diverses ressources devant la caméra mais d'autres étapes étaient naturelles. Ce que je voulais, c'était que les gens aient envie de danser en regardant le clip vidéo.

Que signifie pour vous que la musique latine connaisse ce moment d'explosion dans le monde ?

Nous avons grandi avec ce genre [reggaetón] mais il a tellement commencé à grandir et à s'ouvrir, surtout avec Despacito, que des collaborations ont commencé avec des gens des États-Unis chantant en anglais et en espagnol. Par exemple, Beyoncé avec J Balvin. Les choses ont commencé à se produire et peu importe d'où vous venez, cette musique n'est pas seulement pour l'Amérique latine mais aussi pour tout le monde.
Oui, je pense que nous sommes la génération qui a grandi avec la possibilité d'accéder à de la musique du monde entier grâce à Internet. La génération de mon père a écouté ce qui se passait dans le pays parce qu'elle n'avait pas beaucoup accès à ce qui se passait dans le monde. La musique s'est beaucoup développée à travers les réseaux et génère une ouverture assez large.

Vous avez des millions d'abonnés sur les réseaux sociaux (ensemble (Tini & Khea = plus de 15 millions d'abonnés uniquement sur Instagram). Comment est-ce géré au quotidien ?

Je suis assez détendue avec les réseaux. Parfois, je pense que je les utilise beaucoup et mes fans me disent non. J'aime partager ce que je fais si je suis en tournée, par exemple, et souligner à quel point un spectacle était agréable. Mais je ne suis pas non plus 24 heures sur 24 au téléphone pour montrer ce qui m'arrive. J'admire les gens qui ont cette facilité à le faire, mais cela n'a jamais fonctionné pour moi. Les réseaux font partie de mon travail, une plateforme pour communiquer ce que je veux mais je ne me mets pas trop de pression. Je partage ce que j'aime et ce qui me met à l'aise .

Dans les réseaux, tous les messages ne sont pas beaux. Et les haineux ?

Pour moi, cela dépend beaucoup de la situation. Il m'est toujours arrivé qu'ils m'ont inventé des choses personnellement, certaines très sérieuses, d'autres pas tellement. S'il y a quelque chose de sérieux que je considère devoir clarifier et dire que ce que l'on dit de moi est un mensonge, je le fais. Mais j'essaie de ne pas devenir accro à tout parce que si pour chaque commentaire je devais sortir et expliquer ... ce serait pire. Vous ne pouvez pas contrôler tout ce qu'ils disent de vous, vous devenez fou.

En ce moment, il est inévitable de se demander comment vous vivez la situation due à la pandémie en Argentine.

Je suis tout à fait d'accord avec tout ce que dit Khea. Il est venu avec un rythme très rapide, avec de nombreuses activités, presque tous les jours dans un avion, dans un autre pays, des horaires changeants, de la nourriture, tout ... Donc s'arrêter a été positif. Je pense que cela va de pair avec un apprentissage qui est assez bon pour tout le monde sur le plan personnel, et je pense que j'ai beaucoup évolué dans de nombreux domaines. J'ai stabilisé beaucoup d'émotions et de sentiments qui étaient comme des fous partout, et cette fois avec ma famille et moi-même, je me suis sentie mieux à bien des égards. Bien sûr, cela me désole aussi de penser à des gens qui ne peuvent pas se détendre et qui doivent s'exposer quotidiennement.

Share Button
Posté par Emily



Commentaires

Laisser un commentaire